Accueil du site > Annuaires des collections extra-européennes françaises et des professionnels (...) > Annuaire des musées > Midi-Pyrénées > Muséum d’Histoire Naturelle de Toulouse
Les annuaires Kimuntu : Annuaire des musées :
Midi-Pyrénées

Muséum d'Histoire Naturelle de Toulouse

Partager Partager
Le site internet : www.museum.toulouse.fr
Coordonnées :

35 allée Jules Guesde
31 000 Toulouse
Tel : 05 67 73 84 00
Fax : 05 62 27 45 65

Contact :
Sylviane Bonvin Pochstein ->

Conservateur, Chargée des collections extra-européennes

HISTORIQUE

On ne peut parler de l’origine du Muséum d’Histoire Naturelle de Toulouse sans évoquer les autres institutions muséales toulousaines. En effet, les collections d’ethnographie ont été déplacées d’un lieu à l’autre au gré de la création et des réaménagements successifs de ces institutions.
Dès 1858, on note la publication par E.Roschach d’un petit catalogue des objets de la galerie d’ethnographie du seul musée de la ville à l’époque, le Musée des Beaux-Arts et des Antiques (futur Musée des Augustins). L’installation de cette galerie en 1857 fait suite à l’importante donation consentie à la ville de Toulouse par Gaston de Roquemaurel (les objets y étaient entassés depuis 1841, date à laquelle de Roquemaurel fait don de sa collection océanienne et asiatique).
Le Muséum, dont le projet de création remonte à 1808, ouvre ses portes en juillet 1865 après une longue gestation dans les immeubles de l’ancien monastère des Carmes déchaussés qu’il partage avec l’école de médecine. Les collections initiales du Muséum étaient constituées essentiellement de séries de géologie, paléontologie, zoologie et botanique. Le musée hérite à son ouverture d’une partie seulement des collections ethnographiques de la Ville. En 1922, le reste de ces collections extra européennes conservées jusqu’alors au Musée St-Raymond (Musée des Antiques créé en 1892) rejoignent le Muséum et sont exposées dans la galerie de Préhistoire. Ce n’est qu’en 1932 qu’une grande salle consacrée à l’ethnographie verra le jour (Galerie Gallieni). L’enrichissement de ce fonds a été marqué par de nombreux dons et échanges entre institutions, notamment avec le Musée du Trocadéro.
Aujourd’hui , le muséum de Toulouse conserve des collections naturalistes importantes, ainsi qu’un fonds de 4000 objets d’ethnographie extra-européenne.
Après dix années de travaux, le musée est à nouveau accessible au public depuis janvier 2008 et présente ses collections autour de la thématique Homme/Nature/Environnement. La politique d’acquisition vise à enrichir le fonds existant sur des thématiques aujourd’hui développées par le Muséum.


PROVENANCE GÉOGRAPHIQUE et POPULATIONS

Les collections extra- européennes [1] conservées au Muséum de Toulouse proviennent de quatre zones géographiques principales : Afrique, Amérique, Asie et Océanie. Elles sont fortement liées à l’histoire de l’empire colonial et aux politiques d’expansion, les principaux donateurs étant des administrateurs coloniaux ou des militaires.

L’Océanie représente la part la plus importante du fonds avec une majorité d’objets provenant de l’aire mélanésienne (Nouvelle- Calédonie, Nouvelle- Guinée, Vanuatu, Iles Salomons, Nouvelle- Irlande, Nouvelle- Bretagne,…). Les collections polynésiennes sont également de première importance (Iles Fiji, Iles Samoa, Iles Tonga, Iles de la Société, Iles Marquises et Ile de Pâques). Le Muséum conserve aussi quelques pièces micronésiennes, provenant essentiellement de la république de Kiribati (anc. Iles Gilbert) et des Iles Carolines. La Nouvelle-Zélande et l’Australie sont également représentées par des pièces d’un grand intérêt. Enfin, l’île de Pâques avec la collection Pierre Loti (objets en bois, manuscrit et dessins) est l’un des points forts du fonds océanien.
La collection océanienne du Muséum de Toulouse compte parmi les plus importantes de France. Elle est le fruit de nombreux dons, de missions d’explorations naturalistes qui se sont multipliées au cours du XIXè siècle (Gaston de Roquemaurel, second de Dumont d’Urville sur l’Astrolabe et grand navigateur lui-même est l’un des donateurs les plus important du Muséum), ainsi que d’une politique d’achat importante sous les directions de J.B.Noulet et E.Trutat (de 1872 à1900) notamment par l’intermédiaire des frères Savès, marchands toulousains.


Informations complémentaires :

Source :
Annuaire des collections publiques françaises d’objets océaniens.
Annuaire établi par Roger Boulay chargé de mission auprès de la Direction des Musées de France.(voir ce lien)
1196 objets d’Océanie :

Collections des frères Alexis et Théophile Savès en partie par Balansa (1825-1892)

Botaniste.
Date et lieu de MISSION ou COLLECTE
Balansa : 1868 à 1872 en Nouvelle-Calédonie.Théophile le rejoint.
Trace dans le musée
Achats, 1870 à 1880. Divers Océanie et Nouvelle-Calédonie.

Collection Louis François de Rocquemaurel (1804-1878) Lieutenant de vaisseau.

Date et lieu de MISSION ou COLLECTE
Sur l’Astrolabe ,1837 à 1840 (Dumont d’Urville).
Trace dans le musée
Dons De Rocquemaurel, 1841 à 1854. Divers Océanie.

Collection Joulin.

Date et lieu de MISSION ou COLLECTE
Hypothèse. Léon Joulin, communard resté en Nouvelle-Calédonie en 1879.
Trace dans le musée
Don Veuve Joulin, 1917. Nouvelle-Calédonie.(inclure en complément les notes rédigées par Roger Boulay)


L’Afrique représente pour sa part la seconde entité du fonds en nombre de pièces avec des objets provenant principalement d’Afrique de l’Ouest (Mali, Guinée, Sénégal, Côte d’Ivoire, Bénin,…), du Cameroun, d’Afrique Centrale, de Madagascar et d’Afrique du Nord. Ces objets proviennent de missions ethnographiques, de collections personnelles d’administrateurs coloniaux ou de militaires, tel le Général Galliéni qui fit don de sa collection au Muséum en 1891. De nombreuses acquisitions furent également réalisées dans les années 1960-1980.

- Missions Henri Labouret ( Afrique de l’Ouest/Cameroun en 1931 à 1938) : Il étudia les civilisations africaines à travers une carrière d’administrateur colonial et inaugura avec Maurice Delafosse une tradition de recherche sur le terrain entreprise par des coloniaux comme lui. Tradition particulièrement importante pour l’africanisme français. Professeur à l’Institut des Langues Orientales et à l’Ecole coloniale, il étudia notamment les Lobi (Burkina Faso), les Baga (Guinée) et les Bamoum et Bamiléké (Cameroun) et ramena de nombreux témoignages matériels de ses expéditions. Un certain nombre d’objets furent envoyés au Muséum de Toulouse, soit directement par Henri Labouret, soit par la voie du Musée du Trocadéro.

- Mission Georges Revoil en pays Somali en 1881 et dont certains doublons furent envoyés à Toulouse par le Musée du Trocadéro.

Populations principalement représentées : Akan, Baga, Bamana, Bamileke, Bamoum, Baoule, Bateke, Bobo, Dan, Dioula, Dogon, Ekoï, Fang, Fon, Gouro, Kuba, Kurumba, Lobi, Senoufo, Somali, Touareg, Zande.

l’Amérique est une entité géographique en expansion dans les collections depuis l’acquisition en 2005 d’un important ensemble de 500 pièces d’Amazonie vénézuelienne et de quelques pièces brésiliennes et régions frontalières.
Un ensemble important et représentatif de céramiques précolombiennes (Pérou ancien, Mexique), ainsi qu’une collection arctique ancienne constituent l’un des points forts de ce fonds. Ces objets proviennent de missions ethnographiques importantes et de dons de scientifiques ou d’amateurs éclairés.


- Mission Léon de CESSAC (Californie 1877-78) Mission portant sur la protohistoire et l’ethnographie (outils en pierre, os, vaisselle, hameçons, flèches,..). Une partie des doublons de collectes effectuées pendant cette mission a été répartie entre différents musées. Toulouse hérita de 48 pièces en 1881.

- Mission CREQUI-MONTFORT (Amérique australe/Bolivie/Chili/Argentine 1903). Mission scientifique française envoyée en voyage d’étude en Amérique latine par le Musée du Trocadéro. Une partie des doublons de collectes effectuées pendant cette mission a été répartie entre différents musées en Province. Toulouse hérita de 268 pièces en 1908.

Populations principalement représentées : Arawete, A’shuar, Cofane, De’Aruwa, E’nepa, Hiwi, Inuit, Hurons, Karaja, Kayapo, Tapirapè, Yanomami, Ye’kuana.

l’Asie représente la plus petite entité du fonds du Muséum. Elle est issue de la répartition de la seconde donation de la collection de Roquemaurel entre le Muséum et le Musée Georges Labit. Les objets répondants aux critères esthétiques ont été envoyés au Musée Labit, tandis que l’ethnographie est arrivée au Muséum.
Zones principalement représentées : Cambodge (Khmer), Laos, Chine, Mongolie (Tuva-Uriankhaï), Tibet, Vietnam (Sedang), Indonésie (Dayak), Inde


TYPE D’OBJETS

Ethnographie, art colonial, art populaire, pièces archéologiques. Ce sont essentiellement des armes, des objets du quotidien, des objets rituels et cultuels.


IMPORTANCE

Environ 3800 numéros pour les collections extra-européennes, sachant que de nombreux lots (armes) n’ont pas encore été défaits : Océanie =1300 ; Afrique = 1200 ; Amérique = 900 ;Asie =400


PRINCIPAUX DONATEURS

1/ Anciens donateurs :
Mis à part les missions scientifiques officielles organisées par le Musée du Trocadéro et qui ont donné lieu à des dépôts ou transferts au Muséum de Toulouse (mission Revoil, mission Labouret, mission de Cessac, mission Créqui-Monfort), les donateurs sont le plus souvent des scientifiques ou des amateurs éclairés membres de sociétés savantes. On compte également beaucoup d’administrateurs coloniaux ou de militaires en poste parmi ces donateurs. Les dons émanant de simples voyageurs sont plus rares.

- Gaston de ROQUEMAUREL (1804-1878)
Second de Dumont d’Urville sur l’Astrolabe (1837-1840) lors des célèbres missions d’exploration dans le Pacifique, Gaston de Roquemaurel ramène de ses voyages de fabuleuses collections ethnographiques et naturalistes. Dès 1841, il offre ses précieuses collections à la Ville de Toulouse qu’il complètera régulièrement par des dons d’objets collectés lors de nouvelles expéditions en Asie et en Océanie. Dès 1858, il est possible de voir de nombreux objets provenant des îles du Pacifique exposés dans la Galerie d’ethnographie de Toulouse (Musée des Augustins). A l’ouverture du Muséum, ces collections y prennent place, mais il faudra attendre 1950 pour qu’une galerie soit dédiée au généreux donateur.


- Edouard Harlé. Don objets Mexique.

- Edouard et Louis Lartet. Don objets Amérique arctique.

- Félix Régnault. Don objets Amérique.

- Gustaf Retzius. Don objets Groënland.

- Armand Peyre. Don objets Hurons.

- Michel Artigues. Don objets de Cuzco (Pérou)

- E.Comboul. Don objets Guyane.

- Mr Cazeaux. Don Momie colombienne.

- Maurice Gennevaux. Don Objets Guyane et Afrique centrale.

- Société Archéologique du Midi de la France. Don de vases péruviens.

- Moura, lieutenant de vaisseau, représentant de la France au Cambodge. Don objets Cambodge et Vietnam.

- Père David, missionnaire au Tibet (de passage au Muséum en 1891). Probablement le donateur des objets Tibet conservés au Muséum.

- P.G.Joulin (1917) Don par sa veuve d’objets kanak.

- Maréchal Galliéni (Afrique de l’Ouest) a été entre autre gouverneur du Sénégal. Don objets Afrique de l’Ouest (zone soudanaise) et Madagascar

- Gustave Julien, administrateur des colonies. Gouverneur des établissements français d’Oéanie et professeur à l’institut des langues orientales. Don objets Madagascar.

- Gilbert Noguès. Don objets Fon

- Dr Panfort. Don objets Afrique.

- A. et M. Romieu . Don objets Afrique Centrale

2/ Donateurs récents :
Madame Tisseyre-Carrero : don collection Brésil
Madame Mazars : don collection pédagogique Afrique (22 pièces)
Madame Juliette Durand : don collection Océanie (78 pièces)
Monsieur Vernes : une parure Somali

[1] Ces collections sont communément nommées "extra-européennes" pour marquer la différence avec les collections d’ethnographie locale et de traditions populaires européennes.

JPEG JPEG JPEG JPEG JPEG JPEG JPEG JPEG JPEG JPEG JPEG JPEG JPEG JPEG JPEG JPEG JPEG JPEG JPEG JPEG JPEG JPEG JPEG JPEG JPEG JPEG JPEG

Retour en haut de la page | Contact | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | KIMUNTU est réalisé avec SPIP