Accueil du site > Annuaires des collections extra-européennes françaises et des professionnels (...) > Annuaire des musées > Picardie > Musée Antoine Vivenel de Compiègne
Les annuaires Kimuntu : Annuaire des musées :
Picardie

Musée Antoine Vivenel de Compiègne

Partager Partager
Le site internet : http://www.musee-vivenel.fr/
Coordonnées :

Hôtel de Songeons
Masque Calédonie Tambour Masque euimba, Casamance, Sénégal 2 rue d’Austerlitz
60 200 Compiègne
tel : 03 44 20 26 04
fax : 03 44 20 23 09

Contact :
Eric Blanchegorge ->

Conservateur en chef des Musées des Villes de Compiègne et Crépy-en-Valois

LES COLLECTIONS EXTRA-EUROPÉENNES DU MUSÉE ANTOINE VIVENEL DE COMPIEGNE

Dès sa fondation en 1839 par Antoine Vivenel (Compiègne, 1799 - Paris, 1862), entrepreneur-architecte et mécène généreux, les collections du musée de Compiègne comptaient déjà de nombreux objets provenant de diverses contrées du monde, témoignages exotiques des curiosités des amateurs européens. Sous l’appellation "collections ethnographiques", Vivenel et ses successeurs immédiats avaient ainsi pris soin de doter la fondation compiégnoise d’œuvres indiennes (essentiellement des bronzes figurant les différentes divinités du panthéon hindou), chinoises (divers souvenirs de voyage tels que souliers de femme, jeu de cartes, plans de Pékin ou éventails) et japonaises (presque uniquement des porcelaines) comme de quelques objets américains (non pas des pièces précolombiennes que des "souvenirs" de Cayenne et du Mexique) et océaniens, dont un « carquois en peau de chien de mer garni de flèches » (cette œuvre est toujours conservée sous le n° L.3633) provenant de Nouvelle-Zélande.

Le modeste ensemble océanien, rassemblé dans les années 1840, fut notablement augmenté en 1871 par le don d’un fils de l’agent-voyer de l’arrondissement de Compiègne : Hippolyte Sebert (Verberie, 1839 - Paris, 1930), alors capitaine d’artillerie de marine, directeur de l’artillerie à Nouméa de 1866 à 1870. Il compte aujourd’hui près de quarante pièces dont la majorité provient de Nouvelle-Calédonie mais également des îles Salomon, de Nouvelle-Zélande et de la Polynésie : îles Australes et îles Marquises. De cette collection, à priori disparate, se distingue l’ensemble néo-calédonien recueilli par Sebert, qui, devenu général et expert en balistique, entrera à l’Académie des Sciences. La pièce majeure de l’ensemble est un masque de deuilleur (inventorié sous le n° T.806) dont le style -relief du visage peu accentué- s’apparente à celui de la côte ouest et centre-sud, région qu’a fréquentée Sebert. Toutefois, l’objet le plus intéressant demeure sans histoire et on ignore encore comment il est entré dans les collections compiégnoises, accompagné de la seule mention : don Raparlier (lui conférant une origine des plus fantaisistes : tambour de guerre de la tribu des Chirs, donnée comme d’Afrique Centrale..., n° T.612), entre 1877 et 1923-1925. Ce tambour, pahu vanana, apparait comme une œuvre particulièrement rare dont aucun équivalent comparable ne semble être conservé nulle part dans le monde. De récentes études (nous devons ici souligner l’importance du travail mené par Mme Claire Faye, conservateur-restaurateur) le considèrent comme provenant des Îles Marquises et il présente la particularité d’être constitué d’un fût de bois de plus d’un mètre de haut, "habillé" de fibres tressées qui forment de nombreux motifs symboliques, damiers ou zigzags, et retiennent des bandes de tapas couvrant partiellement la partie inférieure. Ce décor est particulièrement élaboré car ces motifs évoqueraient des visages humains et des danseurs aux bras levés. Il pourrait être antérieur à l’arrivée des Européens dans ces îles et donc du début du XIXe siècle, voire de la fin du XVIIIe siècle.

L’origine des pièces africaines ou américaines n’est guère plus claire. S’en distinguent, donnés en 1902 par un compiégnois, deux masques heaumes ejumba fort rares des Diola du Sénégal (don Paillet-Fontaine, inv. T.807 et 808). En forme d’ogive en vannerie de feuilles, ils portent une crête de fibres hérissées. Cette vannerie est recouverte d’un enduit de terre ocre et de graines rouges avec un décor de feuilles découpées en applique, en général disparu sur les rares masques de ce type encore conservés. Ils sont percés de deux yeux circulaires creux et proéminents et offrent deux cornes reliées par une cordelette sur laquelle sont suspendues des bandes enroulées de feuilles. A leur base, est attachée une jupe de fibres ligneuses.

Cependant, Compiègne doit au marquis de Thuisy (1836 - 1913) l’essentiel des enrichissements apportés aux collections d’origine. Eugène Marie Joseph de Goujon, marquis de Thuisy, fit une carrière diplomatique sous le Second Empire avant de s’installer au château familial de Baugy, près de Compiègne. Il fut conseiller général du canton de Ressons-sur-Matz à partir de 1886, et maire de Baugy de 1884 à sa mort. Il s’est passionné pour la boite sous toutes ses formes, tant européennes (une centaine de porcelaines de France et d’Europe des XVIIIe et XIXe siècles) qu’orientales. Aussi l’essentiel de sa collection, léguée en 1913, est-elle constituée d’objets d’art décoratif, provenant de Perse, des Indes, de Birmanie, d’Indochine, de Chine et du Japon. Particulièrement remarquables demeurent les centaines de boites en laque d’or du Japon dont plusieurs dizaines remontent aux temps des Shoguns.

Le nombre d’objets extra-européens conservés est d’environ 1200 pièces (Chine 229, Japon 424, Inde 61, Birmanie 3, Indonésie 12, Perse 124, Moyen-Orient 180, Afrique (hors Egypte antique) 44, Amérique 14, Océanie 45, plus d’autres d’Afrique non inventoriés).


Informations complémentaires :

Source :
Annuaire des collections publiques françaises d’objets océaniens.
Annuaire établi par Roger Boulay chargé de mission auprès de la Direction des Musées de France.(voir ce lien)

Les 45 objets d’Océanie proviennent :

Collection Hippolyte Sebert.(1839-1930)

Ingénieur d’artillerie. Botaniste.
Date et lieu de MISSION ou COLLECTE :
1866 à 1870 en Nlle Calédonie. « Notice sur les bois de Nlle Calédonie » 1874.
Trace dans le musée :
Don A. Sebert. 1871 - Nelle Calédonie

Collection Antoine Vivenel (1799-1862)

Entrepreneur, architecte. Fondateur du musée.
Date et lieu de MISSION ou COLLECTE :
Trace dans le musée :
Avant 1840 ; Océanie. Salomon, Nouvelle-Zélande, divers Polynésie

Collection Raparlier

Date et lieu de MISSION ou COLLECTE :
Trace dans le musée :
Don Raparlier entre 1877 et 1925. ( tambour des Iles Marquises ).


Retour en haut de la page | Contact | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | KIMUNTU est réalisé avec SPIP